Pas d’activités dans l’administration publique, pas de plan pour l’après-Jovenel non plus

Politique
Typographie
 
 
 
Depuis plus d’une semaine, les activités sont paralysées dans le pays notamment dans l’administration publique. Ce mardi encore, l’administration générale des douanes (AGD) et la direction générale des impôts (DGI) les deux principales institutions de perception de taxes et d’impôts n’ont pas vraiment fonctionné.
 
 
C’était aussi le calme plat dans les ministères dont l’économie, l’intérieur, la justice et les affaires sociales. Les employés étaient aux abonnés absents, profitant de ce « congé » forcé obtenu grâce aux protestations contre le président Jovenel Moïse.
 
 
Ces protestations sont agrémentées de blocage de rues, de barricades et de plusieurs épisodes de jets de pierres lancées contre des véhicules privés ou de transport en commun, voire contre des écoles provoquant leur fermeture anticipée. C’est le statu quo également au niveau de l’opposition qui peine à trouver un plan ou projet de gouvernance après le départ du président Jovenel Moïse. 
 
 
Ce mardi, alors qu’on attendait la proposition d’une frange de l’opposition en concertation depuis février, la montagne n’a toujours pas accouché, pas même d’une petite souris. Un nouveau rendez-vous est fixé pour ce jeudi. Les quatre sénateurs de l’aile dure de l’opposition informent qu’ils sont toujours en concertation afin que le plus d’acteurs possibles, y compris ceux de la diaspora, puissent avoir leurs mots à dire.
 
DO
 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages