Haïti-diplomatie : Washington affirme avoir le contrôle de la situation sécuritaire en Haïti

Politique
Typographie

 

 

Malgré la détérioration de la situation sécuritaire en Haïti, Washington estime avoir le contrôle en dépit de tout, en annonçant officiellement ce mercredi 12 juin 2019, la levée des mesures conservatoires prises à l’encontre de son personnel diplomatique non essentiel en Haïti. Cette décision prise par le Département d’Etat américain vient rassurer les autorités haïtiennes qui n’arrivent pas à résoudre les vives tensions qui règnent à Port au Prince et dans le reste du pays, où les activités restent encore perturbées dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Contrairement à la journée d’hier, on constate moins de barricades de pneus usagés enflammés à Delmas, Carrefour, Tabarre et Pétion-ville, ce mercredi. On constate de plus en plus de taxis-motos et de véhicules privés dans les rues. Les activités commerciales et scolaires ne fonctionnent pas encore à Port-au-Prince. Rares sont les banques privées comme la BNC et la Unibank, qui ouvrent leurs portes à moitié.

Le silence du Président Jovenel Moïse dérange les leaders de l’opposition qui attendent un signal de la part du chef de l'Etat.Tandis que le Forum économique du secteur privé, multiplie ses rencontres avec des représentants de la société civile, les partis politiques, les confessions religieuses, les petrochallengers, les syndicats en vue de trouver une solution haïtienne à la crise.

Mardi, dans un communiqué de presse, le Premier ministre nommé Jean Michel Lapin a déclaré qu’il est inacceptable de continuer à enregistrer des cadavres par ci par là, dans les rues, et parfois aussi, des cadavres de véritables professionnels qui ne demanderaient qu’à servir leur pays. Il prend en référence, les attaques répétées contre des professionnels de la presse nationale ou internationale. Toujours dans ce communiqué, Jean Michel Lapin indique, quand  dans une société comme la nôtre les valeurs tendent à s’effriter, ce qui nous reste comme dernier recours c’est la liberté individuelle dotée du sens des responsabilités, c’est la liberté de  parole, c’est la liberté d’expression et c’est enfin, la liberté de la presse. Signalons que c’est à travers un tweet, que le président Jovenel Moïse est sorti de son mutisme en condamnant avec véhémence l’assassinat du journaliste Rospide Pétion de RSF et l'attaque contre Radio Télé Ginen, où trois véhicules appartenant à l’institution, ont été incendiés par des inconnus. Ainsi va la République !

 

Yves Paul LEANDRE   

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages