Haïti-Politique : Le député de Marigot veut la mise en accusation du président Moise avant la ratification d’un premier ministre

Politique
Typographie
 
 
Une présidence en perte de légitimité ne  peut pas nommer un gouvernement légitime, écrit Déus Deronneth au président de la chambre basse Gary Bodeau, lui demandant de poser pour une fois, un acte d’homme d’état.
 
Dans cette correspondance, l’élu de Marigot rappelle à son collègue de Delmas que la demande de mise en accusation du président Jovenel Moïse avait précédé la démarche, juge-t-il  suspecte de l’interpellation du premier ministre Jean-Henry Céant.
 
Le parlementaire affirme ne pas comprendre qu’un membre de ce gouvernement, Jean Michel Lapin (NDLR), censuré par 93 députés, soit désigné pour diriger la Primature. Cela témoigne une fois encore, selon lui, de la nudité de la chambre basse.
 
Le doctorant en économie invite ses collègues à prouver qu’ils sont esclaves de la loi en facilitant la programmation et la tenue de la séance de mise en accusation du président, soutenue par 14 députés.
 
Il affirme que la mise en place d’un gouvernement dans les conditions actuelles ne va servir à rien sinon qu’à la continuité du sale boulot consistant à alimenter la contrebande, reprendre la corruption et renforcer la misère du peuple haïtien.
 
Déus Deronneth a sans langue de bois reconnu que le corps auquel il appartient, la 50e législature, est entre autres, constitué d’un ensemble d’incompétents qui se croient intelligents et qui prend le peuple pour idiot. 
 
Aussi, le parlementaire appelle le président de la chambre basse Gary Bodeau à accorder le bénéfice de l’urgence à la démarche de mise en accusation du président Jovenel Moïse avant toute éventuelle séance de ratification d’un nouveau gouvernement.
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages