Pour Joseph Lambert le dialogue doit précéder les élections 

Politique
Typographie

Reconnaissant que l'année 2018 a été à tout point de vue difficile, le président du Sénat appelle les acteurs politiques, économiques et toutes les forces vives du pays à agir autrement. Dans son discours de circonstances, lors de l’ouverture de la quatrième et dernière année législative, Joseph Lambert est revenu  sur les événements des 6, 7 et 8 juillet 2018 ainsi que sur les différentes manifestations organisées à travers le pays qui ont perturbé le climat politique, économique et social.

Le président du sénat souhaite que 2019 soit décrétée "l'année du dialogue haïtien". Conférence nationale, États généraux ou Dialogue social et politique, pour Joseph Lambert l’appellation importe peu. L’essentiel c’est qu’au plus haut niveau de l’Etat jusqu’au bas de l’échelle sociale les Haïtiens se donnent la main pour le bien commun.

Comme le locataire du Palais national avant lui, Joseph Lambert a demandé aux parlementaires de se mettre au travail afin de ratifier le projet de la loi électorale et la loi organique du CEP en souffrance au Corps législatif. Toujours dans le but de faciliter la tenue des prochaines joutes. 

Par ailleurs, l’incertitude qui plane sur la capacité de l’Office national d’identification de délivrer ou de renouveler de nouvelles cartes en temps et en heure n’échappe pas au président du Sénat de la République.

Joseph Lambert demande à l’ONI de s’atteler à la tâche afin de garantir le droit de vote de tous les Haïtiens. 

Dans la foulée de ses soucis, Joseph Lambert prévoit que la police nationale sera rudement éprouvée puisque depuis 15 ans c’est la première fois qu’elle se retrouvera seule, sans l’appui des forces onusiennes, dans la réalisation des élections. 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages