L’Opposition toujours favorable à un gouvernement de transition

Politique
Typographie

Le Secteur Démocratique et Populaire n’a aucune implication dans les tractations relatives à la formation du  prochain gouvernement. Dans une note en date du 16 Aout 2018, cette structure politique de l’opposition a fixé officiellement sa position sur le choix de Jean Henry Céant comme remplaçant de Jack Guy Lafontant à la Primature.

« Le pays n’a pas un problème de premier ministre », écrit les opposants au pouvoir en place. Le Secteur Démocratique et Populaire réitère plutôt son attachement à sa proposition de sortie de Crise préconisant l’installation d’un Gouvernement de Transition avec un Président provisoire tiré de la Cour de Cassation.

Dans cette position officielle, le Secteur Démocratique et Populaire regroupant des partis politiques de l’opposition, a d’abord estimé que la nomination de Me Jean Henry CEANT est la preuve irréfutable, que le message de rejet du système économique et social d’exclusion mis en place dans le pays depuis l’Assassinat de Jean Jacques DESSALINES, n’a pas été entendu par Jovenel MOÏSE.

En effet les opposants au régime en place, se dit convaincus que le notaire de Bourdon a été bel-et-bien proposé par le secteur privé, avec la complicité du PHTK et de certains diplomates étrangers.

Pour eux, le responsable du parti « Renmen Ayiti », viendra consolider les avantages et les privilèges de celles et ceux qui prennent le pays en otage depuis plus de 200 ans. L’opposition qui dit vouloir rester à l’écart de toutes négociations visant à former un cabinet ministériel, persiste et signe : « Haïti n’a pas un problème de Premier Ministre, mais un problème de système ». 

D’ailleurs, dans cette note, le Secteur Démocratique et Populaire informe que les 4 Sénateurs et les Députés de l’opposition ne ratifieront pas la déclaration de Politique générale du Premier ministre nommé. 

Les anti-Jovenel n'accordent aucune importance au processus de ratification, ils restent et demeurent attachés à leur proposition de sortie de Crise.

Dans ce document présenté il y a 2 semaines, les opposants ont proposé un plan de 36 mois, qui passera par l’installation d’un Gouvernement de Transition avec un Président provisoire tiré de la Cour de Cassation et un Premier ministre issu du Secteur Démocratique et Populaire.

Ce Chef de gouvernement, selon cette proposition, aura la tache principale de conduire une Véritable Conférence Nationale Haïtienne Souveraine inclusive en vue de faire émerger un autre projet de Société.

Alors que le processus de ratification du PM nommé est enclenché au parlement, le Secteur Démocratique et Populaire n’en démord pas : la solution à la crise politique actuelle, passe d’abord et avant tout, par la démission immédiate du Président Jovenel MOÏSE. Il appelle En ce sens à la poursuite de la mobilisation populaire…

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages