Régionald Boulos réclame la démission de Jovenel Moïse

Idées et Opinions
Typographie
 
 
Le leader du mouvement "troisième voix", Reginald Boulos, réclame la démission du président Jovenel Moise et la mise en place d’un gouvernement de salut public doté de pouvoirs exceptionnels. Dans une lettre ouverte envoyée au chef de l’Etat en date du 4 juin 2019, l’homme d’affaires dit redouter un chaos qui semble de plus en plus imminent.
 
Il évoque notamment le dernier rapport de la cour des comptes sur l’utilisation des fonds PetroCaribe qui épingle personnellement le chef de l’état, accusé d’avoir commis des crimes financiers pour subtiliser des fonds publics.
 
Se basant sur les déclarations du président Moise, Reginald Boulos soutient que les dénonciations du tribunal administratif devraient le pousser à se mettre à la disposition de la justice même s’il affirme douter de son indépendance.
 
Pour Reginald Boulos, le président Jovenel Moise ferait mieux d’initier un processus devant amener rapidement à une transition politique passant par sa démission. Durant cette transition, dit-il, un dialogue national franc doit être initié, une nouvelle constitution doit être adoptée, des réformes importantes  engagées et le procès PetroCaribe lancé.
 
Reginald Boulos demande la démission du président Moise dans un délai ne dépassant pas 90 jours, le temps pour lui de rapporter l’arrêté nommant le premier ministre Jean-Michel Lapin, de renvoyer le conseil électoral provisoire qu’il juge illégale, de faciliter le dialogue politique et de nommer un nouveau premier ministre sur recommandations des parties engagées dans le dialogue.
 
Une proposition rejetée par une frange du secteur démocratique qui demande la démission immédiate de Jovenel Moïse qui, selon ccette frange, n'est plus considéré comme ;le chef de l'Etat du pays.
 
HPN