De la mort de Dessalines à l'épidémie de choléra en Haiti( insertion demandée

Idées et Opinions
Typographie

Les causes de la mort du fondateur de la nation haïtienne restent dans la mémoire collective, une sorte de tour de Babel. Deux cent dix ans après, l'énigme perdure dans le subconscient de l'homme haïtien, à un point tel, on se demande jusqu'à cette date, de quelle maladie est mort l'empereur? Je rappelle pour les curieux et nationalistes", que ce n'était pas de l'infection diarrhéique  de la septième pandémie, mais plutôt par des traumatismes dont il avait souffert par ses pairs au Pont-Rouge.

 

Malgré les échanges commerciaux entre la nouvelle république et les pays d'Europe, où sévissaient avec une grande virulence le vibrion cholérique, Haiti était totalement épargnée. Thomas Madiou avait même parlé, d'une certaine résistance environnementale du vibrion cholerae dans le sol haïtien, alors que ce fléau s'était déjà installé dans les pays tels que la Jamaïque, Port-au-Rico et Cuba.

 

La littérature médicale a rapporté les mesures préventives que le gouvernement de Boyer avaient adoptées, afin d'éviter toute éventuelle propagation de l'épidémie. Cette pathologie, découverte par Pacini en 1854 et redécouverte par Koch en 1883, qui ravageait la ville de Londres, a révolutionné les sciences médicales et a grandement contribué à la naissance de l'épidémiologie. Cette branche de la santé publique dont le fondateur est Jhon Snow, consiste à étudier la santé et ses déterminants. Ce grand médecin anglais a su démontrer l'origine de la transmission hydrique du choléra et avait réfuté la théorie des miasmes alors dominante, selon laquelle des maladies, telles le choléra et la peste noire se propageaient par une forme de "bad air". À l'époque, la théorie microbienne n'était encore acceptée. 

 

  La date du 17 octobre revêt un double caractère pour le peuple haïtien. Cette dualité désastreuse, serait-il innocente ou une simple coïncidence de l'histoire? En 1806, une catastrophe politique, avec le parricide du plus prestigieux homme militaire et d'état, que Haiti ait jamais procréé dans toute sa vie de peuple. Et en 2010, la catastrophe sanitaire la plus mortelle, qui a déjà touché, presqu'un million ou plus d'haïtiens, ce qui équivaut à peu près, un tiers de la population. Cette date marque l'hospitalisation du premier haïtien infecté par le choléra à Mirebalais. Si ces deux événements regrettables se sont produits à un intervalle de 204 ans l'un de l'autre, il ne serait pas saugrenu de corroborer des liens de causalité. Il est un fait presque indéniable, que toutes les dérives que connaissent Haiti sont les conséquences de cet acte odieux et déraisonnable.

 

 Mises à part les revendications anti-esclavagistes et anti-colonialistes que charriait la première et la seule révolution réussie jusqu'à date, d'anciens esclaves, le projet politique de Dessalines portait aussi les griefs d'une nation juste et  égalitaire. Le rêve de notre empereur illustrait une société différente de celle de ses colonisateurs. Une vision d'une société où tous les haïtiens allaient avoir l'opportunité de se prémunir d'un logement décent. Un idéal de voir tous les enfants recevoir une éducation de première classe et de pouvoir manger à leur faim. Le général nourrissait les voeux pieux, de voir tous les haïtiens boire de l'eau potable et avoir à leurs dispositions des latrines. Dessalines et la première dame, Claire Heureuse, une infirmière de grande catégorie, avaient épargné les médecins français, de la colère de l'armée indigène, parce qu'ils voulaient fonder un système de santé publique, qui donnerait les premiers soins et qui répandrait une couverture universelle de santé à tous les haïtiens, quelque soit leur abolengo social. 

 

En d'autres termes, nous parlons d'un projet conceptualisé sur la Justice sociale. Dans son ouvrage majeur, Théorie de la justice de 1971, le philosophe Jhon Rawl écrit qu'une société est juste si elle respecte trois principes, dans l'ordre 1-garantie des libertés de base égale pour tous 2-égalité des chances 3- maintien des seules inégalités qui profitent aux plus défavorisés. Donc en ce sens, il ne serait pas un crime de lèse-majesté, si on demande un hommage posthume pour notre père Dessalines. Les grands penseurs, comme Dan E. Beauchamp, parlent de la santé publique comme élément essentiel de la justice sociale. 

 

  Les assassins du père de la patrie sont, à côté des troupes onusiennes, les coupables de cette tragédie humaine. Le projet dessalinien à travers la constitution de 1805 augurait, sous aucun prétexte, la présence de forces extérieures sur le sol haïtien. À maintes occasions , les comportements des haïtiens ont invité des armées et institutions étrangères à s'ingérer dans les affaires nationales. À noter que l'épidémie a commencé avec les népalais, selon toutes les investigations scientifiques, un contingent des forces onusiennes. 

 

 L’indice de Gini, qui apprécie la répartition de la richesse dans les sociétés, touche les chiffres de 60,8/100 dans le cas d'Haïti. Le pays de Dassalines, est classé en troisième position parmi les pays les plus inégalitaires du monde, après l’Afrique du Sud et la Namibie. Dans une société aussi mal proportionnée que la nôtre, avec plus de 80% de ses habitants, vivant avec environ moins de 2 dollars par jour, il n'était que d'attendre une petite étincelle pour que la bombe sanitaire attendrait son point culminant. Avec des conditions socio-économiques aussi inéquitables, auxquelles fait face le peuple haïtien, dans sa vie quotidienne, il était juste une question de temps pour des maladies infecto-contagieuses de répandre dans le pays. Il est totalement inconcevable, qu'après deux cent douze ans d'indépendance, le gouvernement haïtien ne peut pas offrir à ses fils, des services de base tels que ( eau, assainissement, logement et de la nourriture). Le projet de justice sociale a été totalement effondré et enseveli avec les restes mutilés du général. 

 

Deux siècles après, l'état haïtien a échoué là où les premiers gouvernements avaient réussi avec leurs maigres ressources économiques et technologiques. Le moniteur de 1892, a démontré la volonté du gouvernement de Florvil Hyppolite de prévenir le choléra en Haiti, en interdisant les navires "infectés par le choléra" d'entrer dans les ports ouverts de la République. 

 

   L'assasinat de Dessalines a tout changé et tout permis. Selon l'organisation mondiale de la santé, (OMS) "L'injustice sociale tue". Plusieurs études en santé publique affirment dans le même sens, que la lutte aux inégalités sociales de santé repose d’abord sur le développement des communautés, la participation sociale, l’empowerment et l’action locale ciblée sur les populations en situation de vulnérabilité. Si on veut commémorer la vie ou la mort de Jean Jacques Dessalines sans hypocrisie, on doit le faire par une solidarité collective, permettant la distribution juste et équitable des richesses haïtiennes. L'éradication de l'endémie de choléra, je dis bien de l'endémie, ne sera pas pour demain, si des dispositions urgentes de l'état haïtien, ne sont pas prises pour améliorer et changer les conditions sociales et économiques des fils et petits-fils de Dessalines.

 

Dr Jean Ford G. Figaro

 

- Militant médecin de la santé publique en Haiti 

- défenseur des droits des victimes de. Cholera 

- Expert en gestion des urgences médicales de santé publique. 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages