Cette Transition qui n’en finit pas: Transition aléatoire, longue combustion (Par Pierre-Raymond DUMAS)

Idées et Opinions
Typographie

Quelle transition atypique que celle résultant du gâchis rose ! Président sur siège éjectable, issu d’un vote au second degré, en héritier d’une lignée de « criseurs » réprouvés, Jocelerme Privert l’a affrontée, non sans émois jusqu’ici. L’omniprésence du Parlement et les divisions politiques, face à l’avenir du processus électoral, accèdent à l’exemplarité et nous pousse à méditer.

 

C’est d’abord sur le caractère aléatoire et chaotique de cette crise convulsive - difficile à juguler- qu’il convient de réfléchir.

Nous entrons dans une ère où la question sera non plus de savoir si l’on aura ou non des élections dans le plus bref délai, mais de savoir quand arriverons-nous et comment à moderniser notre système électoral.

Retourner à l’ordre constitutionnel ne suffira pas pour autant à tout résoudre. Reste la question incontournable mais déroutante de la réforme constitutionnelle. Dans la guerre contre l’instabilité chronique qui nous ronge depuis 1986, l’organisation d’élections non frauduleuses est le processus et les amendements constitutionnels indispensables sont les enjeux primordiaux. Or, plus encore qu’à toute autre période, le pouvoir, noyé dans des luttes sans grandeur, trompe et détruit, divise et corrompt. 

L’exemple emblématique des transitions Avril -Trouillot en dit long.

L’autre enseignement à tirer des temps présents concerne toute la société. On a beau dénoncé le discrédit de la classe politique et son crétinisme avéré, mais il faut faire avec. Mais quoi ? Comment ? Sans une société civile organisée et pro-active ? Sans une presse éclairée et attachée aux valeurs patriotiques ? Rien ne changera si l’on ne change de perspectives et d’attitudes. Le « ôte-toi que je m’y mette » qui a ponctué   le coup d’état parlementaire de Privert - pour citer Sauveur Pierre Etienne - n’a rien d’exaltant. La mode, hélas, est aux coquins et aux vilains, bien avant le passage houleux de l’intrus Martelly. Difficile de ne pas prévoir davantage de troubles et de malheurs, puisque rien n’est réglé sur le fond, même avec le Rapport de la Commission indépendante d’évaluation et de vérification électorale.

De nouvelles batailles rangées s’annoncent ; déjà on perçoit les flammes de cette combustion et c’est la une perspective périlleuse pour le Conseil électoral provisoire de Léopold Berlanger… 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages