Haïti-Affaire Dorval : 7 mois après l’instruction, du dossier marche à pas de tortue dénonce le conseil de l’ordre

Le Judiciaire
Typographie

 

 

Sept mois après l’assassinat le 28 août 2020 du bâtonnier Monferrier Dorval, le barreau de Port-au-Prince continue de déplorer la lenteur de la justice dans le cadre de cette affaire.  

 

« 7 mois depuis l’assassinat de Me Dorval, le dossier marche à petit pas, à petit pas, à pas de tortue », regrette la bâtonnière Marie Suzie Legros qui s’adressait aux juges du système.

 

« Magistrats, jugez, instruisez les dossiers. Nous avons besoin de vous, ouvrez les portes des cours et des tribunaux pour rendre justice dans ce pays », a martelé Marie Suzie Legros.

 

Me Jean Barnave Chéron, membre du conseil de l’ordre des avocats de la capitale déplore lui aussi que 7 mois après l’instruction du dossier n’avance pas.

« Les autorités de l’exécutif persistent et elles refusent de mettre sur pied la commission internationale d’enquête indépendante autour de cette affaire », se plaint le conseiller.

 

Le conseil de l’ordre réitère sa demande de justice pour le bâtonnier défunt appelant les citoyens en général et les avocats en particulier à faire front commun en vue du triomphe du droit dans la société haïtienne.

 

 

 

 

Jean Chrisnol Prophète

pecdo55@gmail.com

 

 

Sept mois après l’assassinat le 28 août 2020 du bâtonnier Monferrier Dorval, le barreau de Port-au-Prince continue de déplorer la lenteur de la justice dans le cadre de cette affaire.  

 

« 7 mois depuis l’assassinat de Me Dorval, le dossier marche à petit pas, à petit pas, à pas de tortue », regrette la bâtonnière Marie Suzie Legros qui s’adressait aux juges du système.

 

« Magistrats, jugez, instruisez les dossiers. Nous avons besoin de vous, ouvrez les portes des cours et des tribunaux pour rendre justice dans ce pays », a martelé Marie Suzie Legros.

 

Me Jean Barnave Chéron, membre du conseil de l’ordre des avocats de la capitale déplore lui aussi que 7 mois après l’instruction du dossier n’avance pas.

« Les autorités de l’exécutif persistent et elles refusent de mettre sur pied la commission internationale d’enquête indépendante autour de cette affaire », se plaint le conseiller.

 

Le conseil de l’ordre réitère sa demande de justice pour le bâtonnier défunt appelant les citoyens en général et les avocats en particulier à faire front commun en vue du triomphe du droit dans la société haïtienne.

 

 

 

 

Jean Chrisnol Prophète

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages