Haïti-justice : 1 mois de paralysie des activités judiciaires dans le pays dont à Port au Prince

Le Judiciaire
Typographie

 

 

Pour la 4e semaine consécutive, toutes les activités ou presque sont paralysées au palais de justice de Port-au-Prince ainsi que dans les autres juridictions du pays en raison de la grève des magistrats debout qui réclament notamment l’application stricte de la loi portant statut de la magistrature et des traitements proportionnels à ceux des magistrats assis.

 

Pour la quatrième semaine consécutive, les substituts-commissaires et commissaires du gouvernement ont décidé de prolonger leur mouvement de grève.

 

Au niveau de la juridiction de Port-au-Prince, même si on a constaté la présence des employés au Parquet, la chambre correctionnelle est restée fermée. Au tribunal et au parquet rien ne fonctionne. Sinon le service de la légalisation.

 

Les justiciables qui traînent dans les couloirs du tribunal sont aux abois. C’est le cas de Bernard Madelie dont le mari est écroué au pénitencier national depuis plus de 4 mois, sans pour autant passer devant un juge.

 

Certains avocats interrogés, n’ont pas caché leur frustration par rapport à ce mouvement de grève qui affecte également les activités au niveau du tribunal de première instance de Port-au-Prince. Certains juges y ont été remarqués mais aucun prévenu n’a été entendu, ce mardi. 

 

Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince Me Ducarmel Gabriel a appelé les grévistes à observer une trêve dans leur mouvement.

 

Une demande partagée par le président de l’association nationale des magistrats haïtiens Me Jean Wilner Morin qui se dit favorable à ce que les magistrats assis et debout obtiennent les mêmes traitements.

 

 

Jean Chrisnol Prophète

pecdo55@gmail.com

 

 

 

Pour la 4e semaine consécutive, toutes les activités ou presque sont paralysées au palais de justice de Port-au-Prince ainsi que dans les autres juridictions du pays en raison de la grève des magistrats debout qui réclament notamment l’application stricte de la loi portant statut de la magistrature et des traitements proportionnels à ceux des magistrats assis.

 

Pour la quatrième semaine consécutive, les substituts-commissaires et commissaires du gouvernement ont décidé de prolonger leur mouvement de grève.

 

Au niveau de la juridiction de Port-au-Prince, même si on a constaté la présence des employés au Parquet, la chambre correctionnelle est restée fermée. Au tribunal et au parquet rien ne fonctionne. Sinon le service de la légalisation.

 

Les justiciables qui traînent dans les couloirs du tribunal sont aux abois. C’est le cas de Bernard Madelie dont le mari est écroué au pénitencier national depuis plus de 4 mois, sans pour autant passer devant un juge.

 

Certains avocats interrogés, n’ont pas caché leur frustration par rapport à ce mouvement de grève qui affecte également les activités au niveau du tribunal de première instance de Port-au-Prince. Certains juges y ont été remarqués mais aucun prévenu n’a été entendu, ce mardi. 

 

Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince Me Ducarmel Gabriel a appelé les grévistes à observer une trêve dans leur mouvement.

 

Une demande partagée par le président de l’association nationale des magistrats haïtiens Me Jean Wilner Morin qui se dit favorable à ce que les magistrats assis et debout obtiennent les mêmes traitements.

 

 

Jean Chrisnol Prophète

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages