L’APM dénonce des menaces de sanction ou de transfert envers les parquetiers grévistes

Le Judiciaire
Typographie

 

 

 

Alors que les magistrats debout entament leur deuxième semaine de grève ce lundi pour exiger l’application de la loi du 27 Novembre 2007 portant statut de la Magistrature, l’Association Professionnelle des Magistrat (APM) dénonce des menaces de révocation et de transfert faites aux grévistes par le Ministère de la Justice.

 

Selon le juge Wando Saint-Villier, président de l’APM, plusieurs tentatives de négociation pour trouver un modus vivendi ont échoué. Malgré l’impact de la grève sur l’appareil judiciaire, le Ministère de la Justice continue de faire fi des revendications des magistrats debout. Au lieu de répondre à leurs exigences, ils sont menacés d’être transférés, au pire révoqués, déplore Me Saint-Villier.

 

Soutenant le mouvement des grévistes, l’Association Professionnelle des Magistrats souligne que leurs revendications sont justes, légales et légitimes car la loi du 27 Novembre 2007 exige que les parquetiers aient les mêmes traitements que les magistrats assis, tant sur le plan salarial qu’à travers les autres privilèges dont jouissent actuellement les juges. Ainsi, L’APM dit fustiger les actes d’intimidation du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique à l’encontre des commissaires car les articles 54 et 55 de la loi dont ils exigent l’application reconnaissent leur droit de se regrouper en association pour faire passer leurs réclamations.

 

Le droit de grève ainsi que le droit de syndiquer sont consacrés par la constitution et que l’Etat haïtien a pris l’engagement de respecter ces droits à travers la signature et la ratification de pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques et de la convention américaine des droits de l’homme, rappelle l’APM.

 

Depuis le 23 Novembre 2020, la grève des parquetiers handicape le fonctionnement des tribunaux, audiences civiles, correctionnelles et assises criminelles ont été interrompues dans les 18 juridictions du pays. Les magistrats debout maintiennent le mouvement espérant que le Ministre de la Justice, Me Rockefeller Vincent, donne satisfaction à leurs demandes. 

 

Marvens Pierre

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages