Haïti-Justice : Le protecteur du citoyen, préoccupé par la recrudescence de l’insécurité

Le Judiciaire
Typographie

 

 

 

Le protecteur du citoyen, Me Renan Hédouville, s’est dit préoccupé par la recrudescence de l’insécurité ces dernières semaines dans le pays, notamment dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Une situation qui n’épargne personne. Des enfants en bas âge font partie des victimes, note le défenseur des droits humains.

 

C’est le cas notamment d’un bébé de huit mois, Meridiona Fleurimond, qui a été tué par balles à Cité Soleil le dimanche 12 juillet dernier, de Godson Joseph, un autre nourrisson d’à peine 4 mois, tué par balles lui aussi à Ganthier le lundi 3 août 2020 ainsi que plusieurs femmes, dont l’une enceinte Guirlande Police, abattue à Cité Soleil le samedi 25 juillet.

 

Pour le défenseur des humains, les principaux responsables de cette situation sont le président Jovenel Moïse et les membres du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) entre autres le premier ministre Joseph Jouthe, le ministre de la justice Rockfeller Vincent et son collègue de l’intérieur Audin Fils Bernadel ainsi que le directeur général a.i de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Rameau Normil.

 

Tout le monde devrait se sentir préoccuper, a dit le protecteur du citoyen, qui invite les autorités compétentes à assumer leurs responsabilités pour éviter de répondre par devant des instances internationales. La coordonnatrice de la Commission Épiscopale Justice et Paix (CE-JILAP), Jocelyne Colas Noel, est elle aussi préoccupée par le climat d’insécurité qui prévaut dans le pays.

 

Elle fait remarquer qu’à l’instar des enfants en bas âge et de la femme enceinte tués à Cité Soleil et à Ganthier, personne n’est à l’abri. S’agissant de Godson Joseph, le bébé de 4 mois, tué lundi dans un véhicule de transport en commun dans la commune de Ganthier, sa mère, Gessica Gervais 19 ans, a confié qu’elle l’emmenait à l’hôpital.

 

C’était son premier et unique enfant, s’est-elle lamentée. L’autre personne, Bénita Guervil, une femme de 30 ans, qui a également tuée dans cette fusillade, se rendait elle aussi à l’hôpital. Le chauffeur de l’autobus, qui lui aussi a été blessé par balles, affirme que sur les 10 personnes qui se trouvaient dans le véhicule au moment de l’attaque, une seule n’a pas été blessée.

 

Il confirme, sous le sceau de l’anonymat, que ce n’était pas la première attaque, et probablement pas la dernière, orchestrée par les membres de l’association de malfaiteurs appelée « les 400 marozo » contre des voitures sur la route de Ganthier.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages