Haïti-Justice : La grève des Associations de Magistrats et de juges de paix se poursuit dans les plusieurs juridictions du pays

Le Judiciaire
Typographie

 

 

 

Au palais de Justice de la Capitale, les activités étaient paralysées mardi en raison justement de ce mouvement organisé dans le but de dénoncer notamment les maigres allocations de 1.5 milliards de gourdes accordées par l’exécutif dans le nouveau budget au pouvoir judiciaire.  

 

Les portes du tribunal étaient ouvertes cependant les salles d’audience vides. Pourtant des tapis rouges y ont été déployés pour annoncer la reprise des assises criminelles dans le but de désengorger les prisons et limiter la propagation du coronavirus dans les centres carcéraux.

 

Ce mardi, les juges, les justiciables et les avocats étaient peu nombreux au palais de justice. D’ailleurs certains d’entre eux sont retournés bredouille. 

 

Les Associations de Magistrats Haïtiens qui entendent supporter les juges en grève depuis le 1er juin, dénoncent aussi les maigres allocations de 6 milliards de gourdes accordées par l’exécutif dans le nouveau budget au pouvoir judiciaire.

 

A noter que, les activités sont aussi paralysées dans la quasi-totalité des tribunaux de Paix de la région métropolitaine de Port au Prince.

 

Une rencontre devrait se tenir incessamment entre le gouvernement et les différentes associations de magistrats autour des revendications de ces dernières, a fait savoir le juge Wando Saint-Villier. Cependant le président de l’association professionnelle des magistrats pose certaines conditions pour y participer. Il faut la présence du ministre des Finances et d’un représentant du CSPJ, exige Me Wando Saint-Villier.

 

Jean Chrisnol Prophète

 

pecdo55@gmail.com

 

 

 

 

 

 

Au palais de Justice de la Capitale, les activités étaient paralysées mardi en raison justement de ce mouvement organisé dans le but de dénoncer notamment les maigres allocations de 1.5 milliards de gourdes accordées par l’exécutif dans le nouveau budget au pouvoir judiciaire.  

 

Les portes du tribunal étaient ouvertes cependant les salles d’audience vides. Pourtant des tapis rouges y ont été déployés pour annoncer la reprise des assises criminelles dans le but de désengorger les prisons et limiter la propagation du coronavirus dans les centres carcéraux.

 

Ce mardi, les juges, les justiciables et les avocats étaient peu nombreux au palais de justice. D’ailleurs certains d’entre eux sont retournés bredouille. 

 

Les Associations de Magistrats Haïtiens qui entendent supporter les juges en grève depuis le 1er juin, dénoncent aussi les maigres allocations de 6 milliards de gourdes accordées par l’exécutif dans le nouveau budget au pouvoir judiciaire.

 

A noter que, les activités sont aussi paralysées dans la quasi-totalité des tribunaux de Paix de la région métropolitaine de Port au Prince.

 

Une rencontre devrait se tenir incessamment entre le gouvernement et les différentes associations de magistrats autour des revendications de ces dernières, a fait savoir le juge Wando Saint-Villier. Cependant le président de l’association professionnelle des magistrats pose certaines conditions pour y participer. Il faut la présence du ministre des Finances et d’un représentant du CSPJ, exige Me Wando Saint-Villier.

 

Jean Chrisnol Prophète

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages