Haïti-Justice: Des précisions de l’avocat de l’ex-directeur de la PNH, Godson Orélus en prison à Saint Marc

Le Judiciaire
Typographie

Godson Orélus arrêté le 26 octobre dernier sous l’ordre du juge d’instruction du tribunal de première instance de Saint-Marc, Me Dieunel Luméran, dans le cadre du dossier de cargaison d’armes à feu et de munitions en provenance de la Floride (USA) saisie le 8 septembre 2016, est à sa deuxième semaine de détention à la prison civile de Saint-Marc. L’avocat de l’ancien directeur général de la Police nationale d’Haïti (PNH), Me Jean Eugène Pierre-Louis crie aux abus contre son client, a constaté Haiti Press Network.

Invité mardi 6 novembre à l’émission « Le Point » de la radio-télé Métropole, Me Jean Eugène Pierre-Louis qui répondait aux questions de notre confrère Georges Allen a apporté, documents à l’appui,  des précisions concernant la cargaison d’armes et de munitions saisie en 2016 et qui implique, dit-il, Godson Orélus, directeur général de la PNH à l’époque.

Selon l’homme de loi, la cargaison d’armes de calibre 9 mm dont le nombre initial de la commande était 50, a été commandée ainsi par Global dynasty security, une compagnie de sécurité de la place, dont l’autorisation de fonctionnement régulier est légalement reconnue par l’État haïtien à travers le ministère de l’Intérieur et publié dans le journal Le Moniteur.

D’après Me Pierre-Louis, pour l’arrivée de ces armes en Haïti, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT), sous l'administration du ministre Réginald Delva d’alors, a été notifié. Ce ministère, poursuit-il, avait acheminé une correspondance au directeur général de la PNH, Godson Orélus, lui demandant de prendre acte et d’assurer le suivi de la demande de cette société anonyme.

Alors que, informe-t-il, le juge instructeur du dossier,  Dieunel Luméran fait état d’une compagnie fictive. Ce qui constitue le mobile de l’incarcération de l’ex-directeur général, Godson Orélus qui s'était déjà présenté en deux occasions au cabinet d’instruction du juge à titre de témoin dans le cadre du dossier.  

L’avocat de M. Orélus croit que son client est victime d'un abus de pouvoir. Il précise que Godson Orélus n’est pas au-dessus de la loi, toutefois il dit ne pas comprendre les motifs de l’arrestation. D’après lui, son client qui répondait aux questions du juge comme témoin, devait être préalablement notifié par Me Lumeran qu’il est passé de ce statut à celui d’inculpé, suivant les principes juridiques.

"D’ailleurs, s’il devait avoir arrestation dans le cadre de ce dossier, M. Orélus ne devrait pas être la première personne arrêtée et écrouée", soutient Me Jean Eugène Pierre-Louis, précisant au passage qu’un juge d’instruction n’a pas le droit de procéder à l’arrestation d’une personne dans une autre juridiction, suivant les prescrits de la loi. Pour corroborer son assertion, il cite l’article 70 du Code d’instruction criminel.

Selon l'avocat, le juge Dieunel Luméran n’a pas de compétence extraterritoriale pour pouvoir arrêter quiconque n’importe où sur le territoire. L’arrestation de Godson Orélus de cette manière, est une violation flagrante de la Constitution, laisse entendre le professionnel du droit.

« En tant que témoin, le juge pouvait laisser partir M. Orélus, tout en lui demandant de rester à la disposition de la justice. La façon dont il a été arrêté est illégale au regard de la loi », persiste Me Jean Eugène Pierre-Louis.    

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages