Haïti-ONU : Haïti à l’ère d’une nouvelle mission onusienne (MINUJUSTH), la construction de l’état de droit : une responsabilité partagée, selon le CARDH

Le Judiciaire
Typographie

Dans  la conclusion de son rapport sur les  Intitulé « Haïti à l’ère d’une nouvelle mission onusienne (MINUJUSTH), La construction de l’état de droit : une responsabilité partagée », le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH) pense que La construction de l’état de droit est d’abord de la responsabilité des acteurs locaux. 

 

« Il incombe à l’Etat, en sa qualité de premier détenteur d’obligations (respecter, protéger et instaurer les droits humains), d’engager de véritables réformes institutionnelles et juridiques en vue de la construction de l’état de droit et de la démocratie dans l’optique de la jouissance pleine et effective des droits humains et des libertés fondamentales. », lit-on dans le texte.

 

Dans ce rapport, le  CARDH a tenté  répondre à trois (3) questions : Trois (3) décennies après la chute de la dictature des Duvalier, Haïti a-t-elle véritablement emboîté le pas vers la démocratie et l’état de droit ?  Sinon, dans quelle transition est-elle? Quelle devrait être le comportement des acteurs locaux et l’orientation de la MINUJUSTH, plus de vingt (20) après que l’ONU ait  établi huit (8) missions  Haïti?

 

Pour le CARDH, après trente (30) ans de transition, Haïti est loin du chemin de la stabilité, de l’état de droit et d’une société démocratique. Les quelques acquis démocratiques de l’après 86 sont, selon lui, largement insuffisants,  voire hypothétiques.  

 

Ces missions successives, lit-on, dans le rapport, pourraient s’expliquer du fait que les protagonistes engagés dans la lutte contre la dictature des Duvalier n’avaient pas préparé la transition qui devait être axée sur un « deal » politique pour stabiliser le pays et lui donner l’orientation nécessaire pour assurer la transition vers la démocratie, à partir des réformes institutionnelles,  juridiques et économiques nécessaires ainsi que par le renforcement et la modernisation des partis politiques. Bref, a-t-on écrit dans le rapport, les vrais enjeux n’auraient pas été maitrisés.

 

Les auteurs ont pris également le soin de rappeler les différents axes interventions de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice (MINUJUSTH) adopté le 13 avril 2017  par le Conseil des nations Unies selon la résolution 2350.

 

Il s’agit,  entres autres, de travailler sur le Partenariat avec le gouvernement,  le dialogue national,   la Réforme électorale, Partenariat avec les organismes de droits humains et la société civile, Rôle de la coopération bilatérale dans la transition, Mécanismes de responsabilisation et de contrôle du secteur de la justice, Réforme législative, Renforcement institutionnel

 

Dans la conclusion du rapport, on n’a pu lire que « dans l’état actuel des choses, il ne fait aucun doute qu’il n’y  a pas encore un État haïtien conscient de ses responsabilités en ce qui a trait aux  droits humains et à la nécessité d’engager véritablement ces réformes. »

 

La société civile haïtienne, non plus, de son côté,  n’a pas jusqu’ici la capacité de définir un projet et un ensemble d’actions coordonnées capables d’influencer considérablement les gouvernements  en vue de  la construction de cet État conscient de ses obligations dont les citoyens ont tant besoin, selon le CARDH.

 

« Il faudrait créer un organe, incluant toutes les sensibilités et disposant des moyens nécessaires, dont la mission est de jeter les bases méthodologiques, politiques et coordinatrices pour la réalisation d’un dialogue. Mais Quel secteur peut engager le processus de dialogue : le gouvernement, les partis politiques, la société civile ? se demande le CARDH qui pense que l’un des enjeux majeurs est la difficulté pour un secteur d’engager  véritablement ce dialogue dont le pays a tant besoin  (problème de légitimité, division, narcissisme, « one man show »

  

Le CARDH prône également la nécessité d’élaborer un cadre programmatique pour le dialogue national

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages