Haïti-Parlement : Déclaration machiavélique du président du Sénat, Carl Murat Cantave

Le Parlement
Typographie

Sorti d’un mutisme pour le moins inquiétant après avoir tenté d’organiser sans succès plusieurs séances, Carl Murat Cantave a fait une sortie catastrophique, le jeudi 28 novembre 2019, par une déclaration de tonnerre qui ne tarde pas à envenimer l’opinion publique, constate Haiti Press Network.

Des voix fusent de toutes parts pour dénoncer l’attitude du président de l’Assemblée nationale, également celui du Sénat qui, au lieu de trouver les mots pour rassembler la nation, a plutôt choisi le chemin d’une déclaration de tonnerre. Carl Murat Cantave a annoncé la délocalisation du Sénat au Bicentenaire pour des raisons, dit-il, de sécurité. En même temps, l'homme d'État estime que quelqu'un qui habite encore en ce lieu, l'a choisi. 

Dans des médias comme dans divers coins où se réunissent des citoyens, les propos du président du Sénat font l’objet de vives critiques, après avoir déclaré aux micros de la presse que : « Rester vivre au Bicentenaire où les bandits lourdement armés comme dans d’autres endroits du pays, sèment la panique, est un choix ». Il a fait cette déclaration pour justifier la délocalisation du Sénat en évoquant des problèmes d'insécurité causés par les gangs armés.

« Nos hommes d’État n’ont pas honte. Si l’État qui a pour rôle fondamental de garantir la sécurité dans le pays fuit l’insécurité, que devra faire la population qui est censée livrée à elle-même ? Franchement, je suis désorienté et perdu », opine un citoyen visiblement indigné.

Un autre citoyen qui essayait de prendre aussi le poids de la déclaration du président Carl Murat Catave, va encore plus loin. Selon lui, cette déclaration de l’homme d’État est insensée, cynique et machiavélique.

« La déclaration de l’élu de l’Artibonite est dénouée d’humanité. Elle veut dire clairement que le reste de la population qui subit les assauts des bandits et qui ne peuvent pas se déplacer, faute de moyens, ne représente rien aux yeux des autorités, lesquelles cherchent à se mettre à l’abri, pendant que le Bicentenaire est aujourd’hui isolé et désertique », s’enflamme-t-il.

Par ailleurs, des riverains de Pétion-Ville expriment déjà leurs inquiétudes en apprenant que le bureau du Sénat qui fuit l’insécurité au bord de la mer, serait probablement logé dans la commune.

« Cette institution politique très ciblée viendra créer surement beaucoup plus de panique à Pétion-Ville », craint une dame dans la cinquantaine qui s’exprimait aussi autour de cette affaire de délocalisation du grand corps pour raison de sécurité.

Alix Laroche

alix.l@hpnhaiti.com

   

 

Sorti d’un mutisme pour le moins inquiétant après avoir tenté d’organiser sans succès plusieurs séances, Carl Murat Cantave a fait une sortie catastrophique, le jeudi 28 novembre 2019, par une déclaration de tonnerre qui ne tarde pas à envenimer l’opinion publique, constate Haiti Press Network.

Des voix fusent de toutes parts pour dénoncer l’attitude du président de l’Assemblée nationale, également celui du Sénat qui, au lieu de trouver les mots pour rassembler la nation, a plutôt choisi le chemin d’une déclaration de tonnerre. Carl Murat Cantave a annoncé la délocalisation du Sénat au Bicentenaire pour des raisons, dit-il, de sécurité. En même temps, l'homme d'État estime que quelqu'un qui habite encore en ce lieu, l'a choisi. 

Dans des médias comme dans divers coins où se réunissent des citoyens, les propos du président du Sénat font l’objet de vives critiques, après avoir déclaré aux micros de la presse que : « Rester vivre au Bicentenaire où les bandits lourdement armés comme dans d’autres endroits du pays, sèment la panique, est un choix ». Il a fait cette déclaration pour justifier la délocalisation du Sénat en évoquant des problèmes d'insécurité causés par les gangs armés.

« Nos hommes d’État n’ont pas honte. Si l’État qui a pour rôle fondamental de garantir la sécurité dans le pays fuit l’insécurité, que devra faire la population qui est censée livrée à elle-même ? Franchement, je suis désorienté et perdu », opine un citoyen visiblement indigné.

Un autre citoyen qui essayait de prendre aussi le poids de la déclaration du président Carl Murat Catave, va encore plus loin. Selon lui, cette déclaration de l’homme d’État est insensée, cynique et machiavélique.

« La déclaration de l’élu de l’Artibonite est dénouée d’humanité. Elle veut dire clairement que le reste de la population qui subit les assauts des bandits et qui ne peuvent pas se déplacer, faute de moyens, ne représente rien aux yeux des autorités, lesquelles cherchent à se mettre à l’abri, pendant que le Bicentenaire est aujourd’hui isolé et désertique », s’enflamme-t-il.

Par ailleurs, des riverains de Pétion-Ville expriment déjà leurs inquiétudes en apprenant que le bureau du Sénat qui fuit l’insécurité au bord de la mer, serait probablement logé dans la commune.

« Cette institution politique très ciblée viendra créer surement beaucoup plus de panique à Pétion-Ville », craint une dame dans la cinquantaine qui s’exprimait aussi autour de cette affaire de délocalisation du grand corps pour raison de sécurité.

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

   

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages