Le Senateur Patrice Dumont écrit à Carl Murat Cantave sur l’immunité parlementaire de certains sénateurs de connivence avec Arnel Joseph

Le Parlement
Typographie

 

Nous avons reçu authentification de cette lettre du Sénateur 20 minutes avant la publication de cette correspondance historique. Cette missive du Sénateur de l'Ouest vient renforcer le malaise qui traverse les élus du Grand Corps face à certains collègues qui seraient de connivence avec le chef de Gang Arnel Joseph arrêté le lundi 22 juillet 2019 à cavaillon dans le Sud.

 

 Cette lettre parvenue à la Rédaction de notre journal est publiée telle quelle pour l'édification de nos lecteurs :

 

Palais législatif, le 31 juillet 2019

 

 

 

Carl Murat CANTAVE

Président du Sénat de la République

En ses bureaux

 

 

 

 

Honorable Président,

 

En plus de la dénonciation du collègue Youri Latortue dénonçant à la radio le fait que le Sénateur Garcia Delva a joué le rôle d’émissaire entre le Gouvernement de la République et le chef de gang Arnel Joseph pour que celui-ci procédât à la macabre parade du 14 février flanqué d’une centaine de ses sbires ;

 

En plus du rapport de la Commission Justice du Sénat faisant état de 28 appels téléphoniques entre le Sénateur Delva et le chef de gang sus nommé.

 

En plus de plusieurs dénonciations du même type et visant le même Sénateur Garcia Delva, dont celle du militant des droits humains Pierre Esperance sur les ondes de la Radio Magic 100.9, ce mardi 30 juillet ;

 

En plus d’informations relatives au kidnapping de Monsieur Jean Neel Michel par ce même Arnel Joseph dont le Sénateur Delva était au courant, mais n’a point porté secours au kidnappé malgré les suppliques de l’épouse, informations que je détiens par des témoignages sûrs et divers ;

 

Voilà que la DCPJ à l’audition de ce matin 31 juillet a affirmé par devant les Sénateurs membres de la Commission Justice que ses affirmations concernant la liaison entre le gang Arnel Joseph et le Sénateur Delva sont vrais à 98%.

 

Dans notre République, comme dans d’autres, le pouvoir judiciaire se saisit de tels cas tout en respectant la partie de la constitution traitant de l’immunité parlementaire. Notre constitution en parle aux articles 113, 114, 114.1, 114.2 et 115; nos règlements intérieurs traitent de cette question aux articles 27 et 28. Il faudra aussi se référer au droit parlementaire, donc à la doctrine aussi, pour affronter ce problème en toute lucidité dans le respect auquel a droit tout citoyen haïtien et, par-dessus tout, dans l’idée du devoir à accomplir au bénéfice de la République.  

 

Dans de telles circonstances, par respect pour le peuple haïtien, il faut, Honorable Président, membres du bureau, collègues Sénateurs, par un acte de grande sagesse et de grand courage, anticiper sur l’action judiciaire en invitant le collègue Delva à arrêter de siéger comme membre du bureau et de s’abstenir de participer à nos travaux.

 

Honorable Président, par de nombreux signaux nous constatons que le vice absolu s’est installé dans notre République, mais parce que nous sommes HAÏTI, la vertu s’invite chez nous en frappant à nos portes avec insistance. Nous détenons au Sénat l’une des clés favorables au retour de la vertu chez nous. Faisons-en sorte qu’elle soit la bienvenue et qu’elle caractérise désormais toutes nos actions collectives.

 

Pour la jeunesse, pour son futur, salutations patriotiques.

 

 Patrice DUMONT

Sénateur de la République

 

 

                                                                                                                                 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages