Haïti-Politique : Des partis politiques bénéficieront jusqu’à 6 millions 500 mille gourdes de financement public mensuel

Politique
Typographie

 

Désormais certains partis politiques vont bénéficier d'un financement public conformément à la Loi sur les partis politiques. Le parti au pouvoir (PHTK) ayant le plus de représentants au Parlement et aux Collectivités territoriales empochera un montant supérieur à 6 millions de gourdes tous les mois. Une cinquantaine d'autres partis percevront également un appui financier du trésor public suivant les recommandations d'un Comité chargé de travailler sur le financement des partis politiques et l'institutionnalisation de la vie politique.

Ils sont au total 58 sur plus de 160 partis politiques qui trouveront ce financement de l’État. Une somme globale de 572 millions de gourdes est disponible à cette fin dans le Budget de la République, précise Mathias Pierre, représentant du parti LAPEH, membre du comité.

Les treize partis comptant le plus d’élus recevront une somme allant de 1 million à 6 millions 500 mille gourdes chaque mois. À la tête de la liste, la plateforme politique PHTK qui compte 2173 élus, suivie de VERITE, KID, AAA, BOUCLIER, OPL, FANMI LAVALAS, INITE et Pitit Dessalines.

Selon Mathias Pierre, parmi les 166 partis politiques ayant été agréés aux dernières élections, 128 ont eu chacun un numéro. Alors que, avance-t-il, 107 avaient envoyé des candidats aux élections. Outre les 58 qualifiés en pole position pour bénéficier du financement de l’État, une entente a été trouvée avec le président Jovenel Moïse pour que les 49 autres puissent trouver aussi une subvention.

Pour contrôler les dépenses de la subvention visant à renforcer les capacités des partis politiques, le Comité de suivi prévoit de créer une entité composée de sept membres qui aura à regrouper, sous l’obédience du ministère de la Justice, des représentants de l’État et ceux des partis politiques, indique Mathias Pierre.

Tenant compte de l’amendement constitutionnel de l’année 2014, le Comité de suivi a aussi proposé dans ce rapport d’autres incitations susceptibles de créer plus de possibilités pour la participation politique et l’élection des femmes. Mais également des moyens pour forcer les partis politiques à se regrouper.

Néanmoins, il faut dire que ce ne sont pas tous les responsables de partis qui se sont mis d’accord sur la proposition du Comité de suivi faite le 30 novembre dernier.

 

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.   

 

  

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages