Dernieres Nouvelles

Lors de la conférence donnée en milieu d’après-midi du dimanche 29 janvier, L’OCID se dit satisfait des opérations électorales pour les collectivités territoriales et le second tour du tiers du sénat. Malgré le faible taux de participation des électeurs  constaté, depuis le début du scrutin,  Rosny Desroches déclare que l’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la Démocratie est en mesure « d’affirmer que le scrutin a globalement débuté dans des conditions sécuritaires et organisationnelles acceptables ».

Lire la suite...

Le ministre français des affaires étrangères et du développement international, M. Jean-Marc AYRAULT, a   félicité  chaleureusement M. Jovenel Moïse, dont l'élection à la présidence de la République d'Haïti a été  confirmée au terme d'un processus électoral démocratique.

Lire la suite...

La confirmation de l’élection de Jovenel Moise comme le 58e  président de la République, le 3 janvier par le CEP, est saluée par de nombreux pays amis. Dans des notes distinctes, ces différents pays ont tenu à féliciter le candidat du PHTK,  sorti victorieux de la présidentielle  du 20 novembre dernier.

Lire la suite...

Depuis le mardi 29 novembre après la publication des résultats partiels de l’élection présidentielle, des partisans et sympathisants du parti politique FANMI LAVALAS, encouragés par des candidats perdants, gagnent violemment les rues de Port-au-Prince pour protester contre le verdict des urnes. Les manifestants n’arrêtent pas sur leur chemin, de violenter, de brûler des pneus, de casser des parebrises, de saccager les façades en vitre des maisons de commerce et de menacer de mort des journalistes, en attendant le pire, constate Haiti Press Network. 

Lire la suite...

L'ancien Ministre de l'intérieur Réginald Delva est inculpé dans l'affaire de la cargaison  d'armes illégalement et de munitions découverte au port de St marc en 2016. Reginald Delva est accusé de complicité dans cette affaire selon l'instruction menée par le juge d'instruction de St marc Dieunel Luméran.

Ce dossier qui a déjà provoqué l'arrestation de l'ancien Directeur général de la Police nationale Godson Orelus devrait prendre une étape. 

 

A l’issue d’une longue séance, les députés ont ratifié, ce mardi 21 mars, la déclaration de politique générale de Jack Guy Lafontant, faisant ainsi de ce dernier le nouveau chef du gouvernement. Désormais, deux novices en politique, Jovenel Moïse et Jack Guy Lafontant, sont aux commandes.

Lire la suite...


A l’issue d’une séance plénière, tenue, le mardi 9 août, la chambre des députés a voté le budget rectificatif 2015-2016, chiffré à 109,7 milliards de gourdes.

Lire la suite...

 

 

Chers Concitoyens, 

Chères Concitoyennes, 

 

Je suis honoré de m’adresser à vous aujourd'hui pour vous exposer les raisons pour lesquelles, en tant que  Député du peuple je crois en la tenue d'un seul tour de la Présidentielle comme condition Sine qua non à la stabilité politique. Comme vous le constatez depuis quelques temps  mes Collègues de l'Alliance Parlementaire pour Haiti et moi nous nous positionnons en faveur de la tenue d’un seul tour de la présidentielle le 9 octobre où le candidat ayant obtenu le plus grand nombre de votes sera consacré vainqueur du scrutin. 

 

 Permettez-moi de vous exposer ces trois arguments : 

 

La première raison est la limitation des ressources financières disponibles pour la réalisation des élections. Cette année, les recettes de l'Etat ont considérable baissé au point où les services sociaux de base ne peuvent même être garantis à la population. La crise dans les hopitaux publics et universitaires ainsi que  l'insalubrité généralisée qui caracterisent le pays peuvent déjà vous donner une idée de l'état lamentable des ressources publiques.

 

Sans qu’il soit nécessaire de recourir à des calculs arithmétiques et comptables détaillés, un simple calcul de bon sens nous convaincra d’une chose : à moins que l’on veuille faire des élections bâclées, il est difficile voire impossible de réaliser deux tours de scrutin rien qu’avec des fonds qui ne peuvent en réalité couvrir que les dépenses d’un seul tour. Il nous importe donc d’inviter les instances compétentes à se ressaisir sur cet aspect de la question afin d' épargner à la nation haïtienne un fiasco qui résulterait de l’obstination d’obtenir deux choses pour le prix d’une. Notre valeureuse nation ne mérite-t-elle pas bien mieux que ça ? 

 

En second lieu, il nous faut considérer que, quoique disent certains secteurs, un premier tour de scrutin a bien eu lieu. D’importantes dépenses ont été consenties, les candidats et groupements politiques ont fait campagne, le peuple a voté, etc. Comment dès lors peut-on, sans risque de porter atteinte une fois de plus à la Constitution de la République, décider d’annihiler toutes les dépenses efforts et sacrifices qui ont été déployés en vue de la réalisation de ce premier tour de scrutin.

 

 Voyons comme les deux premières raisons sont étroitement liées : alors que l’on dispose d’un déjà-là à partir duquel il conviendrait de poursuivre les élections et de les aboutir, l’on est de préférence entêté à repartir de zéro avec une insuffisance criante de moyens et au grand risque de se fourvoyer chemin faisant et d’avoir à remettre à demain le retour à l’ordre constitutionnel notamment par l’installation d’un Président régulièrement élu à la tête du pays.   

 

Enfin, la troisième raison qui explique notre positionnement en faveur de la tenue d’un seul tour d’élection, c’est que l’on n’a plus droit à l’erreur. Il importe inexorablement de ramener le pays à la normalité constitutionnelle. L’on se doit d’emprunter la voie la plus sûre et la plus efficace pour y parvenir dans les meilleurs délais. Ainsi, vu que l’on ne peut pas raisonnablement, avec une insuffisance criante de moyens, s’aventurer à entreprendre une élection à deux tours ; je soutiens avec ferme conviction ma position en faveur de la tenue d’un tour unique  pour la présidentielle.

 

 Concitoyens, 

Chères Concitoyennes, 

 

C’est avec un sentiment inébranlable de dévouement patriotique que j’ai attiré votre attention sur le danger qui nous menace où les vieux démons de la politique du cahos n'attendent que le fiasco et/ou nos erreurs pour rebondir.

 

 

Gary Bodeau

Député de Delmas

50ème législature

Le président du parti politique "Patryòt Rasanble pou Sove Lakay" (Parasol) qualifie de partisan et incomplet le rapport sur la gestion des fonds de Petro Caribe soumis au président du Sénat, vendredi dernier, par la Commission de suivi et d'approfondissement de l'enquête, ayant à sa tête, le sénateur du Nord-Ouest, Evalière Beauplan.

Lire la suite...

Le plan d’urgence suite aux inondations dans la région du Sud, la préparation le 1er mai de la caravane de développement dans le Bas-Artibonite, la fête de l’Agriculture et du Travail, la fête du drapeau et de l’université le 18 mai prochain, l’arrêté du 29 mars 2017 relatif au train de vie de  l’Etat ont été les différents points abordés lors du deuxième Conseil du gouvernement présidé par le Premier ministre Jack Guy Lafontant, mercredi.

Lire la suite...

A travers une lettre ouverte adressée au président de la République, Jovenel Moïse, le Comité d’appui à la participation politique des femmes se positionne par rapport à des questions d’actualité et d’intérêt public dont la configuration du nouveau gouvernement, la consolidation du Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF), etc. Lire intégralement la correspondance ci-dessous.  

Lire la suite...

Le Président de la République, M. Jocelerme Privert, a participé au 5e sommet de la Communauté Latino-américains et de la Caraïbes (CELAC), tenu à Punta Cana( République Dominicaine) du 21 au 25 janvier 2017. Le Chef de l’Etat haïtien a profité pour solliciter le soutien du CELAC dans le  développement économique et social du pays.

Lire la suite...

C'est l'unité de lutte contre la corruption(ULCC) qui a fait la demande près du tribunal de première instance dans l'affaire des Kits scolaires qui avait provoqué cet énorme scandale impliquant l'entourage du président de la république.

L'ancien ministre des affaires sociales Roosevelt Bellevue et huit(8) autres fonctionnaires doivent être mis en examen dans cette affaire selon les recommandations de l'ULCC. Roosevelt Bellevue qui avait perdu son poste ministériel en 2017 fait office de représentant D'Haïti auprès de l'organisation mondiale du commerce(OMC).

M. Bellevue est accusé d'association de malfaiteur, de surfacturation contre l'Etat et de passation illégale de marchés publics. Le commissaire du gouvernement ne devrait pas tarder à répondre aux recommandations de l'ULCC selon les informations circulant dans les couloirs du tribunal de Première instance de Port au Prince.

Les accusations font croire que les kits scolaires, d`une valeur de 17$ us ont été facturés à 36$ entraînant une perte énorme pour l`Etat vu que le nombre de kits fabriqués s`élève à 50 000 unités. Le nom de Aviol Fleurant ainsi que celui de Martine Moise, respectivement ancien ministre de la Planification et Première Dame de la République, étaient cités dans cette affaire de corruption.

 Le président Jovenel Moise pour prouver sa velléité à venir à bout de la corruption dans l’administration publique, avait promis sous peu un rapport d’enquête devant venir fixer les responsabilités sur un gros détournement de fonds du trésor public, lors d’achat de matériels scolaires, en août 2017 dernier.

 Alors que des hommes de loi qualifient d’illégale la démarche entreprise par le Commissaire du Gouvernement d’inviter deux anciens Premiers ministres et un homme d’affaires à venir au Parquet pour s’expliquer sur l’utilisation des fonds PetroCaribe, Me Clamé Ocnam Daméus a affirmé qu’ « il n'y aucune erreur procédurale dans la série d'auditions initiée par le Parquet de Port-au-Prince ».

En effet, le Commissaire du gouvernement Clamé-Ocnam Daméus brandit le code d'instruction criminelle et déclare avoir le plein droit.

« Désormais, le dossier Petrocaribe a un manager », martèle Me Daméus, affirmant être à la recherche d'infractions, de crimes et délits. De plus, ce dernier indique que tous les dossiers ou informations recueillis dans le cadre de cette enquête, seront acheminés au juge d'instruction qui à son tour partira à la recherche des indices. 

Pour l’heure, le commissaire du Gouvernement collecte des dossiers venant de plusieurs institutions étatiques. Sur 7 entités, 3 ont déjà fourni des documents au Parquet.

Parallèlement, l’ancien Premier Ministre Laurent Lamothe qui était invité au Parquet, le 23 octobre, n’a pas pu répondre ce mardi à l’invitation.

Dans une correspondance adressée au Chef du parquet de Port-au-Prince, les avocats de l’ex-Chef du gouvernement se dit étonné de cette invitation, dans un contexte où le Barreau observe depuis le 11 octobre dernier un arrêt de travail.

« Il est impossible a M. Lamothe d’envisager de déférer à l’invitation du commissaire du gouvernement, sans l’assistance de ses avocats », déclare Me Mario Delcy. Les avocats de l’ex-Premier Ministre se disent surpris par l’absence totale de délai de préavis entre la date de la convocation et celle de l’audience sollicitée.

 

Mardi 2 Octobre, au palais de justice de Port-au-Prince, des plaignants du dossier Petrocaribe ont été étendus par le juge instructeur Ramonci Alcimé. Une audition déroulée à huis clos. Les plaignants Fausta Maisonneuve et Maurice Noel qui se sont constitués en partie civile dans cette affaire, ont pendant trente(30) minute été auditionnés, en présence de leurs avocats Me André Michel et Marc-Antoine Maisonneuve. Si l’audience s’est tenue à huis-clos, les plaignants et leurs avocats ont toutefois fait des déclarations dans la presse.

 "Je n’ai pas porté plainte contre des individus mais plutôt contre les trois(3) administrations qui ont pris des résolutions et débloqué dans la gestion du fond", a déclaré la plaignante. De son coté André Michel voit dans cette démarche une simple formalité : "Même si nous sommes entendus par un juge d’instruction, nous ne faisons pas confiance à la justice de ce pays, nous sommes là, parce que c’est la démarche légale", a fait savoir l’homme de loi.

Les mobilisations récentes pour demander des comptes sur la gestion du fond petrocaribe ne sont pas sans conséquence sur l’avancée et l’avenir du dossier. Me André Michel rappelle que : "Le combat Petrocaribe doit être un combat de citoyenneté, la mobilisation populaire doit continuer, on ne peut obtenir justice que dans ces conditions" conclut l’avocat militant.   

 

 Dans une lettre ouverte adressée aux membres du Conseil Supérieur du Pouvoir  Juiciaire, L'Action Internationale pour les Droits Humains (AIDH a fait part de ses préoccupations relatives au fonctionnement de la Direction de l'Inspection Judiciaire du CSPJ.

Lire la suite...
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages