Donald Trump annonce une "pause" de 60 jours sur la délivrance des cartes vertes(Green Card)

Nouvelles Internationales
Typographie

 

Le président américain a annoncé mardi qu'il allait suspendre les demandes de cartes vertes pour 60 jours. Objectif : "donner la priorité au travailleur américain" pendant la crise économique liée au Covid-19, selon lui. Les visas de travail temporaires ne seront pas concernés.

 

Après son annonce effectuée la veille, le président américain a précisé mardi 21 avril la manière dont il comptait "suspendre" l'immigration aux États-Unis. Donald Trump a ainsi annoncé une "pause" de 60 jours qui s'appliquera aux demandes de cartes vertes (résidents permanents) mais pas aux visas de travail temporaires.

 

Cette mesure, qui fera l'objet d'un décret, sera "probablement" signée mercredi, a-t-il ajouté depuis la Maison Blanche. Une éventuelle extension de la mesure sera examinée à l'issue de la période de 60 jours, a-t-il précisé.

 

Cette suspension s'inscrit dans le cadre de la crise économique mondiale liée à la pandémie de coronavirus. "Cette pause sur l'immigration placera les Américains sans emploi en première ligne pour les emplois au fur et à mesure de la réouverture de l'Amérique. Il serait injuste que les Américains soient remplacés par une main-d'œuvre venue de l'étranger", a-t-il martelé. "Nous devons donner la priorité au travailleur américain", a-t-il insisté.

 

Le nombre de morts sur 24 h est brutalement reparti à la hausse mardi, avec 2 751 décès supplémentaires, selon le comptage de l'université Johns Hopkins, soit l'un des plus lourds bilans enregistrés sur une journée par un pays. Les États-Unis, qui déplorent désormais 44 845 morts du Covid-19 depuis le début de la pandémie, ont également dépassé mardi la barre des 800 000 cas officiellement recensés, avec près de 40 000 cas supplémentaires mardi.

 

 

Le chômage explose

 

Donald Trump avait rédigé lundi soir un tweet annonçant une suspension de l'immigration en des termes extrêmement vagues. "À la lumière de l'attaque de l'Ennemi Invisible, et face à la nécessité de protéger les emplois de nos GRANDS citoyens américains, je vais signer un décret présidentiel pour suspendre temporairement l'immigration aux États-Unis !", avait-il écrit.

 

La première économie mondiale est confrontée à des chiffres inimaginables il y a encore quelques semaines : elle compte 22 millions de nouveaux inscrits au chômage.

 

Selon les chiffres officiels, les États-Unis ont accordé le statut de résident permanent à quelque 577 000 personnes lors de l'année fiscale 2019. Le nombre de visas temporaires s'est lui élevé à 462 000, en net recul par rapport aux 617 000 accordés en 2016.

 

"Détourner l'attention"

 

L'élu démocrate du Texas Joaquin Castro a dénoncé une manœuvre "visant à détourner l'attention de l'échec de Trump à arrêter la propagation du Coronavirus". "C'est aussi une décision digne d'un régime autoritaire pour profiter d'une crise afin de pousser son programme anti-immigration", a-t-il ajouté.

 

Son collègue Jerry Nadler a déploré que le président ait choisi de faire des migrants les boucs émissaires de la crise actuelle. "La réalité est que nombre de migrants sont en première ligne et nous protègent : médecins, infirmières, aides-soignants, ouvriers agricoles, employés de la restauration."

 

Si, comme c'est probable, le débat se place sur le terrain judiciaire, les débats seront suivis avec une attention particulière.

 

La Cour suprême a, ces derniers mois, accordé plusieurs victoires significatives à l'administration Trump en matière d'immigration. Il y a un mois, elle l'a autorisé à poursuivre une politique qui a permis de renvoyer au Mexique plus de 60 000 demandeurs d'asile.

 

Source: AFP

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages