Brexit : les députés prennent la main sur le dossier, camouflet pour Theresa May

Nouvelles Internationales
Typographie

Les députés britanniques ont adopté lundi soir un amendement leur permettant d'organiser mercredi une série de votes indicatifs concernant le Brexit : son annulation pure et simple, le maintien dans le marché unique ou encore un nouveau référendum.

La soirée a été rude pour Theresa May, lundi 25 mars. Les députés britanniques ont adopté un amendement, par 329 voix contre 302, donnant aux élus de Westminster le pouvoir d'organiser des votes indicatifs sur les différentes options offertes par le Brexit. Dès mercredi, les élus de Westminster pourront se prononcer sur le maintien dans le marché unique, un nouveau référendum, voire l'annulation de la sortie de l'UE.

Une façon, pour eux, de dégager une majorité sur le Brexit après les deux échecs cuisants subis par la Première ministre Theresa May pour faire ratifier l'accord de retrait qu'elle a conclu avec l'Union européenne.

Cet amendement voté témoigne à quel point Theresa May a perdu de son autorité politique, bien qu'elle ait affirmé que son gouvernement ne se sentirait pas lié par les résultats des votes indicatifs. Cependant, si les députés parviennent à trouver un consensus, la pression sur la Première ministre sera accrue, d'autant qu'elle avait accusé le Parlement d'être responsable de l'impasse et de n'avoir aucune autre solution viable que l'accord de sortie qu'elle a négocié avec l'UE.

"Le gouvernement va continuer à prôner le réalisme – toutes les options envisagées doivent être administrables dans les négociations avec l'UE", a dit un porte-parole du ministère du Brexit.

 

À ce vote de lundi vient s'ajouter la démission de trois secrétaires d'État : Richard Harrington (Industrie), Alistair Burt (Affaires étrangères) et Steve Brine (Santé). Dans sa lettre de démission, Richard Harrington a reproché au gouvernement de jouer "à la roulette" avec "les vies et les moyens de subsistance de la grande majorité de notre peuple" du fait de son "échec à garantir un accord" de sortie.

Pour les observateurs britanniques, Theresa May, hautement fragilisée par cette crise politique, n'a jamais été aussi proche de la sortie. Le ministre du Brexit, Stephen Barclay, avait déclaré dimanche que si le Parlement venait à prendre le contrôle du
processus, des élections anticipées pourraient avoir lieu en conséquence – un scénario qui serait probablement soutenu par l'opposition du Labour.

D'après le journal The Sun, Theresa May a indiqué dimanche à certains parlementaires favorables au Brexit qu'elle envisagerait de démissionner en échange d'un vote de la Chambre des communes en faveur de l'accord de retrait négocié avec Bruxelles.

HPN

France 24

Source :  AFP et Reuters

 

 

 

 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages