Le président américain Donald Trump a annoncé, mardi, dans un tweet, le limogeage de John Bolton, son conseiller à la Sécurité nationale. De l'Iran à la Corée du Nord, ils étaient en désaccord sur nombre de dossiers.

 

Donald Trump a limogé, mardi 10 septembre, John Bolton, qui occupait jusque-là le très influent poste de conseiller à la Sécurité nationale. 

 

"J'ai informé John Bolton hier soir que nous n'avions plus besoin de ses services à la Maison Blanche", a tweeté Donald Trump. "J'étais en désaccord avec nombre de ses suggestions", a-t-il ajouté, en évoquant cet avocat de formation connu pour sa moustache et ses positions très dures à l'égard de l'Iran, de la Russie ou encore de la Corée du Nord.

 

D'un tweet laconique et énigmatique, John Bolton a simplement indiqué qu'il avait proposé de présenter sa démission lundi soir et que le président lui avait répondu : "Parlons-en demain".

 

 

Ce limogeage spectaculaire intervient dans un climat particulièrement tendu entre les Etats-Unis et l'Iran, dossier sur lequel Donald Trump a envoyé des signaux contradictoires ces dernières semaines, entre extrême fermeté et volonté de négocier.

 

 

HPN

Source : AFP

 

Ils sont encore une vingtaine de candidats en lice pour les primaires démocrates aux États-Unis. Cette semaine, dans la nuit de mercredi à jeudi, aura lieu la 3e série de débats télévisés entre les candidats à l'investiture démocrate, à Houston, au Texas.

 

Seuls 10 candidats ont été sélectionnés pour ce débat, dont le favori centriste Joe Biden et la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, portée par les sondages, qui s'affrontent pour la première fois directement.

 

Ces deux devront convaincre les électeurs de leur poids pour battre le Président actuel Donald Trump dans les prochains scrutins de 2020.

Une tache qui s'annonce difficile compte tenu des moyens dont dispose Donald Trump. Seul Bill Clinton avait pu battre le Président en exercice Georges Bush qui voulait briguer un second.  

Durant les vingt dernières, le stuto quo a demeuré et l'on voit mal comment les démocrates en perte de vitesse pourraient créer la surprise face à un Donald Trump qui impose sa loi sur tout le continent.

 

HPN

Source : France 24

 

 

 

 

Le phénomène climatique, menaçant de devenir un "monstre absolu" selon les mots du président américain Donald Trump, doit encore gagner en puissance et "rester un ouragan majeur extrêmement dangereux" lorsqu'il approchera des côtes de Floride, a priori en fin de journée lundi, précise le NHC américain.

 

Donald Trump a annulé jeudi le voyage qu'il devait effectuer en Pologne ce week-end, pour s'assurer en personne que "l'ensemble des moyens de l'État fédéral soient focalisés sur la tempête qui arrive".

 

"Tenez-vous prêts. Soyez prêts à faire face à un événement qui pourrait s'étaler sur plusieurs jours", a de son côté averti vendredi le gouverneur républicain de la Floride, Ron DeSantis.

 

"Si vous vous trouvez dans une zone d'évacuation et que vous recevez l'ordre d'évacuer, je vous prie de le faire. Placez votre sûreté avant le reste : mieux vaut évacuer et ne pas finir victime, plutôt que rester et mettre votre vie en danger", a-t-il ajouté.

 

La Floride, principalement constituée d'une péninsule au sud-est des États-Unis, se trouve chaque année en première ligne lors de la saison des ouragans. Avec un relief très plat, le littoral est particulièrement menacé par une montée des eaux. Le centre des terres se caractérise également par de faibles altitudes. Pour les habitants, la principale menace est donc les inondations. 

 

 

Certains ont commencé à évacuer vers des zones jugées plus sûres, mais la majorité d'entre eux étaient dans l'expectative, Dorian ayant tendance à changer de trajectoire et se déplaçant à 17 km/h.

 

Les dernières projections le voyaient atteindre la côte orientale de la Floride au niveau de la station balnéaire de West Palm Beach, de laquelle Dorian se trouvait vendredi éloigné de quelque 900 km. C'est là que Donald Trump possède son célèbre club de golf de Mar-a-Lago, qu'il surnomme sa "Maison Blanche d'hiver".

 

Sur place, les habitants ont reçu la consigne de stocker de l'eau, des vivres et d'éventuels traitements de santé permettant de tenir au moins une semaine.

 

L'état d'urgence a été déclaré en Floride et dans une douzaine de comtés de l'État de Géorgie. Cette mesure permet de mieux mobiliser les services publics de l'État et de recourir si besoin à l'aide fédérale. "La Géorgie est également sur le passage. La Géorgie pourrait également être affectée", a également mis en garde Donald Trump. Selon un officier coordonnant les secours, 12 000 soldats se trouvent actuellement en Floride en attendant l'arrivée de Dorian.

 

HPN

Source : AFP

 

Coup de théâtre :Un député britannique quitte le parti conservateur en pleine séance, Johnson perd sa majorité. En pleine séance à la Chambre des communes, alors que le Premier ministre britannique s’exprimait au pupitre, le député conservateur Phillip Lee a rejoint les bancs de l’opposition.

Lire la suite...

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages