Haïti-Économie-cherté de la vie : Comment rétablir la confiance à la gourde nationale ?

Economie
Typographie

La gourde continue de chuter. Sa valeur diminue de jour en jour. Le dollar, entre-temps, reprend de l’ascendance. Les maisons de transfert, les banques, les bureaux de change, les cambistes achètent et vendent le dollar déjà très rare sur le marché, au taux voulu. Ce, au mépris total du taux de référence de la Banque de la République d’Haïti (BRH), qui tentait récemment d’apporter une solution très peu durable, en injectant 150 millions de dollars américains sur le marché, tout en stockant l’équivalant en gourde afin de redonner une certaine valeur à la monnaie locale, a constaté Haiti Press Network.

Ces derniers jours, constatons-nous, dans certains bureaux de change, on offre jusqu’à 110 gourdes pour 1 dollar américain. Dans d’autres, on affiche 100 gourdes pour 1 dollar. Là aussi, on comprend bien que la concurrence est de rigueur entre ces opérateurs dans ce domaine sur le marché. Le dollar a une valeur telle aujourd’hui sur le marché, qu’il devient un produit rare à acheter et à vendre comme tout autre produit de consommation ou de service.

Les gens n'ont plus confiance dans la gourde. La chasse au dollar se poursuit. C’est-ce qui explique que la somme de 150 millions (150 000 000) de dollars injectée sur le marché et qui a permis à court terme à la gourde de reprendre une petite valeur, a été en très peu de temps absorbée. Cette mesure qui avait permis à la population d’essouffler un peu, a été de courte durée. Elle n’a pas fait long feu.

Le problème de dépréciation de la gourde revient du pareil au même, et non sans conséquences néfastes sur les conditions socio-économiques déjà précaires de la majorité de la population.  

Le principe fondamental de l’offre et de la demande utilisé en économie, est une belle évidence avec cette réalité de dépréciation vertigineuse de la gourde en abondance sur le marché et la rareté insupportable du dollar. Une dépréciation, remarquons-nous, qui influence négativement sur le coût de la vie, où les produits de toutes sortes deviennent 3 à 4 fois plus chers ces dernières semaines. Une situation qui met les petites bourses particulièrement en grande difficulté de fonctionner. 

Face à ce constat, beaucoup de gens ne cessent de s’interroger sur les vraies solutions à apporter pour résoudre ce problème.

Selon un jeune économiste qui intervenait sur les ondes d’une station de radio de la capitale, pour palier à ce dilemme chronique, il faut restaurer la confiance dans la monnaie locale (gourde). Et restaurer la confiance dans la gourde signifie, argumente-t-il, l’augmentation de la production nationale, mais aussi et surtout de travailler à garantir la stabilité politique et sociale dans le pays. Car, indique un autre expert étranger en matière économique, la valeur d’une monnaie d’un pays est intimement liée au niveau de confiance faite à ce pays. La stabilité en est ainsi un élément fondamental pour y parvenir.

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

 

 

 

   

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .