Haïti-gaz : 2 économistes haïtiens préconisent l’élimination de la subvention sur les produits pétroliers

Economie
Typographie

 

 

L’économiste Kesner Pharel et l’ancien ministre de l’éducation Nesmy Manigat estiment dans le journal dominicain Listin Diario que la réduction du déficit budgétaire en Haïti passe par l’élimination des subventions du carburant

 

 

 

Dans un article publié le 30 juillet 2019, dans les colonnes du quotidien dominicain Listin Diario par les journalistes Jhenery Ramirez et Juan Guilliami, Kesner Pharel et Nesmy Manigat ont estimé que « l’élimination des subventions au carburant pourrait permettre au gouvernement Haïtien de générer des revenus suffisants pour réduire partiellement le déficit budgétaire du pays estimé à près de 1.4 milliard de dollars et qui représente l’équivalent du budget national chiffré à 1.5 milliard de dollars.

 

Pharel et Manigat qui participaient à une rencontre coordonnée par la section « Economie et affaires « du journal Listin Diario ont indiqué selon l’article que Haiti nécessite une réforme structurelle majeure qui permettrait l’élargissement de l’assiette fiscale afin d’équilibrer les finances publiques et couvrir les besoins de base des secteurs moins favorisés et les plus vulnérables de la société.

 

Ces deux spécialistes ont indiqué selon le Listin Diario que l’économie haïtienne a connu une croissance de 5.5% en 2010-2011 pour péricliter à moins de 1% en 2018-2019.

 

Manigat affirme que le budget annuel d’Haiti est de trois fois moins que le budget consacré à l’éducation en République dominicaine. L’ajustement hebdomadaire des prix des combustibles a permis en RD de compenser une partie du déficit du secteur public a-t-il poursuivi.

 

Pour sa part Kesner Pharel estime qu’il est nécessaire d’adopter des mesures urgentes de stabilisation de l’économie haïtienne dans le cadre d’un accord de grande facilitation avec le Fonds Monétaire International (FMI) négocié pour un montant de 299 millions de dollars.

 

Les experts haïtiens cité par le journal estiment que la crise politique et des éléments sociaux ont généré la crise économique. Ils déplorent qu’en 10 années Haiti n’a enregistré aucune croissance supérieure à 2%.

 

« Il est impossible gouverner le pays avec si peu de ressources. L’instabilité politique ne nous aide pas « affirme-t-il.

 

Dans un article publié le 21 juin 2019 l’Agence espagnole EFE avait indiqué que la gestion des combustibles constituait un élément fondamental dans la crise haïtienne.

 

Selon EFE, d’octobre 2018 à juin 2019 le gouvernement était confronté à une profonde crise économique et de crédibilité en payant 35 milliards de gourdes (376 millions de dollars) en subventionnant les carburants selon les chiffres officiels.

 

Toutefois, EFE a souligné que l’élimination des subventions créerait un dilemme pour le président haïtien Jovenel Moïse, car la plupart de ses compatriotes ne peuvent accéder aux combustibles et à l'électricité que par des subventions, et leur élimination représenterait peut-être un coût politique que le président ne veut pas courir. »

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages