Trois personnes sont mortes samedi en Haïti des suites du Coronavirus et 259 personnes testées positives dans trois départements du pays le samedi 30 mai, selon le nouveau rapport publié dimanche par les autorités sanitaires nationales.

 

Au total, 44 personnes décès dus au Coronavirus sont recensés dans le pays et 2124 cas confirmés depuis le début de la maladie, tandis que 24 malades sont rétablies.

 

Les trois nouveaux décès sont enregistrés dans le département de l’ouest, dans l’artibonite et dans le nord.

 

 

 

Le bilan sur le coronavirus s'alourdit de jour en jour. Avec 4577 cas suspects, Haiti se rapproche dangereusement des 2000 contaminations, soit 1865 cas confirmés et 1800 autres actifs. Les 6 morts et  281 nouveaux cas confirmés en une seule journée fait grandir l'inquiétude dans le milieu médical et d'autant plus que le nombre de décès est passé à 41 pour seulement 24 guérisons.

 

 

la vitesse que prend la Covid 19 devient réellement inquiétante malgré les mesures strictes prises par le gouvernement. Mais des mesures  arrivées trop tard avec les conditions dans lesquelles la population se déplace en transport public, la situation des marchés mais encore la résistance des gens à respecter les gestes barrières en dépit des campagnes de sensibilisation.

 

La partie s'annonce difficile et les hôpitaux publics ne semblent pas être en mesure de répondre à cette catastrophe à venir.

 

 

HPN

 

 

 

 

 

Selon le nouveau rapport publié jeudi soir par le Ministère de la santé publique et de la population, 123 nouveaux cas d’infections au Coronavirus ont été enregistrés mercredi 27 mai dans le pays, la plupart dans le département de l’ouest, une personne est morte dans le département du nord.

 

 

 

Ce nouveau bilan porte à 35 le nombre de décès dus au Coronavirus et 1443 cas positifs dont 1386 cas actifs recensés dans tout le pays depuis le 19 mars écoulé. 22 personnes ont été rétablies, selon le rapport du MSPP.

 

 

 

 

 

 

« Le monde a perdu quasiment la guerre contre le virus ce qu’il reste à faire pour éviter une plus grosse catastrophe sanitaire, c’est de pratiquer les gestes barrières », ont expliqué Johnny Descollines, médecin généraliste, coordonnateur général du groupe Santé Pam et Jessyka Sabina Jean, finissante en Sciences Infirmières qui participaient à l’émission Top Haïti le samedi 30 mai 2020.

 

 

 

Le port du masque, le lavage régulier des mains, l’utilisation des coudes pour éternuer et la distanciation sociale doivent être obligatoire, rappellent ces professionnels de la santé à cette émission diffusée chaque semaine.

 

 

 

Johny Descollines appelle les gens à prendre les dispositions en vue de renforcer leurs systèmes immunitaires. « La vigilance est de mise afin de confronter le virus », précise-t-il.

 

 

 

Invités à traiter du sujet en rapport avec les gestes barrières comme éléments préventifs de la Covid19, Jessyka Sabina Jean et Johny Descollines avouent que l’effectivité de ces pratiques est extrêmement complexe dans le contexte haïtien.

 

 

 

Le coordonnateur général du groupe Santé Pam qui œuvre à l’implantation d’une nouvelle stratégie de politique sanitaire axée sur l’amélioration de la qualité de la vie de la population et l’accessibilité des soins de santé, dénonce le fait qu’aucune politique de santé préventive n’a été articulée dans le pays bien avant la Covid19. « 50 à 60 % de la population ne prévient aucune maladie ce qui priorise les maladies diarrhéiques dans le pays », a lâché Dr Descollines.

 

 

 

 



Le Ministère de l'Économie et des Finances (MEF) a publié, vendredi un état des dépenses effectuées depuis l'État d'urgence sanitaire décrété le 20 mars dernier. Ledit rapport ne laisse pas indifférent les Économistes Énomy Germain et Etzer Émile.

« Au nom de la COVID-19, du 25 mars au 29 mai 2020, le Gouvernement a décaissé, d'un côté, 2,2 milliards de gourdes et d'un autre, 34,2 millions de dollars américains. Donc, environ 55,6 millions de dollars sont décaissés », a tweeté l'Économiste Énomy Germain qui demande pour quels résultats ? "On attend !", conclut-il.

De son côté, Ezter Émile a écrit que les décaissements effectués dans le cadre de la lutte contre le coronavirus au 29 mai 2020 sont de 2.24 milliards de Gourdes et 34,2 millions de dollars. « Ce qui donne un total d’environ 56 millions de dollars alloués notamment à MSPP, FAES, TPTC, SNGRS et PNH », précise Etzer Émile.

Rappelons que le 21 mai dernier l'administration Moïse-Jouthe a prolongé pour deux mois supplémentaires l'État d'urgence sanitaire décrété depuis mars. À date, déjà des milliers de contaminés et quelques dizaines de morts sont recensés en Haïti.

 

 

 

 

Les cas de contamination augmentent de manière significative ces derniers jours en Haïti. Les autorités durcissent les mesures afin de contraindre les citoyens à respecter les consignes de prévention contre la propagation du Coronavirus. Malgré cela, le confinement qui est une mesure barrière adoptée par certains pays dans la lutte contre la maladie n'est pas applicable en Haïti, estime le docteur Jean-Hugues Henrys, membre de la cellule scientifique chargée de la gestion de la crise sanitaire.

 

 

 

Le rôle principal de la cellule scientifique se réfère pratiquement à la production de certaines réflexions puis elle achemine les recommandations aux acteurs concernés. La commission n'est pas dans l'opérationnel, soutient Dr Jean Hugues Henrys qui affirme que les autorités ont déjà reçu plus d'une vingtaine de recommandations mais la notion de confinement n'a jamais fait partie de la liste.

 

 

 

"Tout le monde a été clair dès le début : il n'y a pas moyen d'appliquer le confinement en Haïti. Une limitation des déplacements et un renforcement des gestes barrières notamment le port du masque peuvent aider à limiter la propagation du coronavirus" martèle-t-il.

 

 

 

Jusqu'à présent, la cellule scientifique n'arrive pas à faire des recommandations sur le confinement à cause de la situation socioéconomique du pays, a poursuivi Dr Henrys. Selon lui, beaucoup plus de gens seront entassés dans un même endroit à cause du confinement et cela risque de donner l'inverse du résultat escompté. Il est également convaincu que l'utilisation d'autres méthodes que celles appliquées dans certains pays européens peuvent aussi aider à contrer la propagation de la maladie compte tenu du fait que les réalités sont différentes. Les scientifiques haïtiens doivent tenir compte des paramètres de la réalité locale afin de faire les meilleures propositions.

 

Si la cellule scientifique se dit satisfaite de l'usage massif du masque par les membres de la population, elle regrette par contre le laxisme des autorités dans la mise en application des mesures barrières. Les activités à travers les points de passage haïtiano-dominicains et les déportations contribuent largement à l'introduction voire la multiplication des cas de contamination dans le pays, déplore Dr Jean-Hugues Henrys.

 

 

 

Marvens Pierre

 

 

 

Plus d'articles...

HPN Sondages