Haiti-culture : Il pleut sur Port-au-Prince

Littérature & Poésie
Typographie

Il pleut sur Port-au-Prince

 

Très tôt ce matin

Le soleil et les nuages

Qui s’amoncellent

Dans le ciel

Jouent à cache cache

Exténué par ce lago

Il est parti se reposer

Un vent glacial de la mer

Monte vers les collines

Annonçant une pluie imminente.

La pluie caresse violemment le sol

Il s’échappe du bitume une vapeur

Qui rappelle la fumée s’exhalant

De l’estomac des fumeurs.

 

Sous chanmas la bèl machin

Vit fè nwa klere kou lanwit

Gwo zouzou n yo koumanse file

Monte ak tout boulin nan mòn

Kalvè, Pèleren ak kenskòf

Yo di abitan pa mize lavil

Gran neg pa rete nan lari ta

Lè lapli ap tonbe

Se malere ki nan pasay

Malere pa chen

Nan peyi isit se tou kòm

 

Lapli a ap lave figi Potopwens

Ann di li ta dwe fè sa

Men fatra gentan

Fè kenken tout kote

Genyen yon pakèt timoun

Sire tankou peyn ti dan

Ki anpile kò yo

Anba sak rete nan Kyòs la

Genyen kèk anba treto

Ak kèk moso katon

Kap pare lapli

Lapli a tonbe komsi

Se ta dènye fwa

Li bwote anpil fatra

Ki rive douvan Palè,

Antre nan Palè

Tout lakou Palè a se fatra

 

Lapli a resi fin n tonbe

Timoun yo kouche atè a

Ki fre tankou bouda ti bebe

Y ap boloze nan siman an

Fredi a ap bat yo

Yo makònen youn ak lòt

Timoun yo sal

Pandan tan sa a

Gen gwo chèf

Ki pran plezi tire

Sou etidyan

Ak boule lekòl nòmal

Bòt fere pitit brasa wouj

yo touye moun

Nan peyi isit tankou se mouch

 

Il pleut du sang sur mon pays. La rivière qui coule emportant des cadavres à n’en plus finir, a atteint les portes du palais présidentiel. Que vaut la vie d’un être humain dans ce pays? Les bien-pensants refusent de jeter un seul regard en direction enfants des rues.

 

Timoun jodi

Granmoun demen.

Yo nan soufrans

Lavi yo pa genyen enpòtans

Yo ka remèt peyi demen a sa peyi a ba yo

Jodia

Li di zè nan maten timoun yo ap woule toujou sou beton an

Y ap dòmi komsi yo te lakay yo

Yo lakay yo

Lari a se salon pèp la

Timoun sa yo sòti nan zantray pèp la

Alòs Yo lakay yo

 

Finalman vè midi

Lè solèy la koumanse

Boule po yo

Gen kèk ki leve chita

Pase men nan figi yo

Detire

Epi lavi pou jounen an derape

Mezanmi eske moun ka kontinye

Viv konsa.

Eske sa a se yon vi

Peyi a vòlò lavi timoun yo

Pa gen lekòl

Pa gen manje

Yo san fanmi

Nan yon peyi

Kap depafini

Yon peyi ki pa yon peyi

Timoun se lavi

Timoun se sèl lavi a

Yon kote ki plen zonbi

Sèl pap janm sifi

 

La pluie infernale s’abat toujours sur mon pays, amenant de plus en plus de morts, étudiants, professeurs d’université, citoyens anonymes, jeunes des quartiers populeux, chacun trouve pour son compte. Les faiseurs de pluie sont aux anges tant qu’il pleuve. Elle devra bien s’arrêter un jour ou l’autre. Le soleil finira par poindre à l’horizon séchant les alluvions et autres excréments transportés jusqu’au Palais National par la Ravine Pintade.

 

Timoun sou Chanmas ap mouri grangou

Sila yo ki nan ti lokalite yo

Nan twou koukou

Nan peyi an deyò yo

Yo pa ekziste

Menm dlo potab yo paka bwè

Van kap soufle sou lanmè

Ap pote dlo monte nan mòn yo

N ap plante dlo sale

Pou n jwenn dlo dous

Paske pa gen sous ankò

 

La pluie des incompétents submerge les institutions de mon pays. Népotisme, indécence, prostitution, grandiloquence envahissent les interstices du pouvoir. La pluie boueuse salit tout. Tout n’est pas perdu pour autant. Une pluie acide lavera tout.

 

Tout timoun yo pap mouri.

Tout timoun yo paka mouri.

Mon pays est à un autre niveau

Yon nivo le plat atè

 

 

Franck S. VANÉUS, av.

4-10-2020

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages