Livres en folie : « Réflexions sur Ayiti : Cahier de mon vécu », un témoignage et une déception de la chose publique

Littérature & Poésie
Typographie

 

« Réflexions sur Ayiti : Cahier de mon vécu », c’est le titre de l’ouvrage que présente Jose Davilmar, ancien conseiller du président de la république à la 26e Edition de Livres en folie 2020, version en ligne. Celui qui a fait la promotion du programme Courant 24/24 en 24 mois de Jovenel Moïse, comme Directeur de communication à l’Electricité d’Haïti(EDH), livre ses quatre vérités mais encore fait part de sa déception et de sa crispation de la chose publique.

 

 

C’est en effet, son vécu qu’il raconte à travers ce bouquin qu’il considère comme un témoignage de la chose publique haïtienne. Jose Davilmar n’a pas peur de dire qu’il a été lui aussi roulé dans la farine du programme d’électrifier le pays en 24 mois de Jovenel Moïse. Il y a mis son cœur, son énergie sachant que c’est aussi le rêve de tous ceux qui vivent dans la diaspora et qui aimeraient passer leurs derniers jours dans leur terre Natale. Mais, Jose Davilmar comme tout le monde a été déçu et est reparti bredouille retrouvé sa famille aux Etats unis d’Amérique avec colère et sentiment de n’avoir pas pu mettre sa connaissance et sa volonté de changer quelque chose dans ce pays qui l’a vu naitre.

 

L’ancien Directeur de communication à l’EDH avance que cet ouvrage sera facile à lire puisqu’il fait partie de la catégorie « Court mémoire » ou histoire immédiate. L’ancien conseiller de Jovenel Moïse souligne qu’il raconte aussi son passage à la Commission Nationale pour l’innovation et l’intégration socioprofessionnelle des jeunes(CNIIJ) créée par le Président pour encore calmer l’ardeur des jeunes qui rêvent d’une Haïti à la hauteur de son histoire. L’écrivain raconte également qu’il a été marqué par son rôle de chargé de relations publiques lors de la tenue de deux sommets sur l’Aide humanitaire à l’Hotel Karibe, à Petion ville. Jose Davilmar raconte aussi dans ce livre son bref séjour à l’hôpital Canapé Vert de Port au Prince suite à un accident.

 

« Ces expériences, tout en engendrant en moi la crispation d’une révolte intérieure nourrie depuis fort longtemps, me portèrent à exposer mon point de vue au grand public plutôt que d’assister sinon en spectateur silencieux ou acteur complice à la descente aux enfers de notre chère Ayiti », soutient M. Davilmar.

 

Mais comme beaucoup d'haïtiens, particulièrement ceux-là qui viennent du Nord, Jose Joachin Davilmar ne se rend pas. Il croit que le monde change et dans cette situation désespérée, il reste optimiste en essayant de regarder le pays à travers un rayon de soleil. "En ces moments singulièrement denses où de grandes inquiétudes hantent la vie de la Nation, doivent surgir des échantillons d’Ayitiens qui y puiseront les matériaux et les outils nécessaires pour continuer à avancer" lance celui qui participe à la 26e Edition virtuelle de Livres en folie avec son ouvrage "Réflexions sur Ayiti : Cahier de mon vécu".

 

 

ET/HPN

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages