Haïti-Art : « L’amour n’a pas de frontière », nouvelle œuvre picturale de Jean Yves Fernand

Art
Typographie

Jean Yves Fernand,plasticien et licencié dans le domaine de la philosophie en terre voisine, nous propose une fois de plus, une toile qui illustre parfaitement bien l’amour, défini par des anciens comme la source des biens les plus grands de l’humanité. Sa toile est accompagnée de quelques lignes de son camarade, Ernst Djéride Jean Baptiste, lui aussi étudiant en philosophie. HPN vous invite donc à apprécier encore une fois la peinture de Jean Yves et à la lecture du texte d’Ernst Djéride Jean Baptiste ci-dessous. 

S’il est impossible de retrouver les traces du serpent au milieu des forêts, il est aussi impossible de retracer les chemins qu’emprunte l’amour pour pénétrer les cœurs. Qu’est-ce que l’amour ? Platon dans « Le Banquet », ce texte consacré à Éros, utilise le discours de Phèdre pour dire que l’amour est pour l’humanité la source des biens les plus grands. Il dit qu’il n’arrivera jamais à nommer un bien qui surpasse celui de se laisser envahir par l’amour, car il est le principe qui doit inspirer les hommes qui cherchent à vivre. Donc, l’amour n’aurait aucun sens si son effet sur le genre humain n’était pas vital. En se basant sur cet aspect, Gerhard Krüger, dans son livre, « Ragione e pasione » fait de ce sentiment un médiateur. 

« L’amour n’a pas de frontière », tel est le titre choisi pour ce tableau qui nous présente une mer bleue au reflet d’éternité, illuminée par la lune, au milieu de laquelle on remarque l’effet d’une spirale provoqué par quelques gouttes. Une lune éclatante et luisante donne au décor un aspect chaleureux. De la mer sort un poisson qui baise un oiseau. Ils se réunissent et forment une harmonie. Et de là, nait la concrétisation de l’amour. 

La plus plausible interprétation de ce tableau serait que l’amour est partout et les sentiments amoureux nous ont été donnés a priori. Cependant, si vraiment on veut que l’amour se manifeste, il est nécessaire de sortir de son confort pour aller à la rencontre de l’autre. Il serait toujours bon d’aller au-delà des différences et des frontières et faire de l’amour ce vrai médiateur qui unifie et vivifie. 

Ernst Djéride Jean Baptiste

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages